Vos travaux d’aménagement paysager sont-ils réellement rentables ?

Vos travaux d’aménagement paysager sont-ils réellement rentables ?

Selon le site Web Lawn Care Millionaire, la marge bénéficiaire nette typique varie de 5 % à 20 % dans l’industrie de l’entretien des pelouses et de l’aménagement paysager. S’il est vrai que certains services génèrent plus de profits que d’autres, la vraie raison derrière cette forte variation des profits est simple : les entrepreneurs ne calculent tout simplement pas leur marge bénéficiaire nette en aménagement paysager de la même manière.

En effet, de nombreux entrepreneurs omettent dans leurs calculs du bénéfice net des facteurs coût critiques. Cela les amène à surestimer leurs profits au moment de calculer le coût global d’un projet donné, alors qu’ils devraient en fait demander davantage aux clients pour être en mesure de couvrir leurs coûts. Cela expliquerait la différence entre une marge bénéficiaire nette de 5 % ou de 20 %. Êtes-vous curieux de savoir si vous calculez correctement le taux de rentabilité de l’entreprise que vous avez travaillé si fort à bâtir?

Nous allons vous montrer comment calculer le bénéfice net réel pour un seul projet de sorte que vous n’aurez plus jamais à vous soucier de la rentabilité de vos projets. Ensuite, dans la partie 2 de ce billet, nous allons passer en revue chaque élément de l’équation de rentabilité pour vous montrer comment doubler vos profits en aménagement paysager.

Voici comment la plupart des paysagistes, comme Jean, calculent le bénéfice :

 Revenus totaux des projets réalisés
– coût des matériaux
– main-d’oeuvre
= bénéfice net

Voici à quoi ressemble l’équation de Jean lorsqu’on y insère des montants réels :

10 000 $
– 4 000 $
– 4 000 $
= 2 000 $

Pour ce projet particulier, Jean semble avoir réalisé un bénéfice net de 20 %, ce qui le place au sommet du barème standard de rentabilité pour l’industrie de l’aménagement paysager. Cependant, Jean ne se rend pas compte que le calcul du bénéfice net comporte d’autres éléments à part le coût des matériaux et de la main-d’œuvre. 

Voici comment Jean devrait calculer le bénéfice net :

 Revenus totaux des projets réalisés
– coût des matériaux
– main-d’oeuvre
– coûts indirects
– erreurs/inefficacités/retards imprévus
= bénéfice net

Pour vous montrer exactement pourquoi il est si important d’utiliser cette dernière équation, nous allons la décomposer, puis l’expliquer un élément à la fois.

Revenus totaux des projets réalisés

Simplement dit, il s’agit du montant facturé au client pour la réalisation du projet. Dans le cas de notre ami paysagiste Jean, il a facturé 10 000 $ à son client pour une transformation totale de sa cour arrière.

 10 000 $
– coût des matériaux
– main-d’oeuvre
– coûts indirects
– erreurs/inefficacités/retards imprévus
= bénéfice net

Conseil : Il va sans dire que les revenus totaux du projet réalisé devraient idéalement être suffisamment élevés pour pouvoir absorber tous les coûts mentionnés ci-dessus, tout en vous laissant un bénéfice décent à la fin. Si votre bénéfice net est inférieur au bénéfice escompté, ou encore, s’il est négatif, vous devrez peut-être revoir le montant que vous facturez au client.

Coût des matériaux

 Le coût des matériaux comprend le coût de tous les matériaux nécessaires à la réalisation du projet, y compris toutes les matières premières, les outils et la location d’équipement. Par « tous les matériaux », nous entendons chaque élément utilisé pour mener à bien le projet. Cela comprend même les matériaux accessoires utilisés dans le projet provenant d’une commande en gros comme la colle, les clous, les géotextiles, etc.

Calcul : Additionnez les factures de tous les matériaux qui ont été utilisés sur le chantier. Si vous n’utilisez qu’un pourcentage des matériaux d’une commande en gros, assurez-vous d’ajouter également un pourcentage de la facture de cette commande dans votre calcul.

Dans le cas de Jean, le coût de tous ses matériaux d’aménagement paysager, des outils et de la location d’équipement pour son projet de transformation de cour arrière s’élevait à 4 000 $.

10 000 $
– 4 000 $
– main-d’oeuvre
– coûts indirects
– erreurs/inefficacités/retards imprévus
= bénéfice net

Main-d’oeuvre

La main-d’œuvre comprend tous les coûts de l’équipe sur place. Cela comprend les heures travaillées, mais aussi les heures facturables qui constituent en réalité des « heures perdues ». Nous entendons par « heures perdues » le temps pour lequel les employés doivent être payés qui ne contribue pas directement à l’achèvement du projet en cours. Il peut s’agir d’heures passées au volant pour se rendre au travail, à nettoyer les camions, à faire du café, etc.

Calcul : Multipliez le taux horaire de vos employés sur place par le nombre d’heures travaillées. N’oubliez pas d’inclure les heures de travail perdues. Vous devriez également ajouter à ce calcul les montants des taxes gouvernementales ou des cotisations syndicales des employés.

Jean a quatre employés qui travaillent sur place, chacun payé à un taux horaire de 25 $. Comme il leur a fallu 40 heures pour terminer le projet, Jean a mis 4 000 $ de côté pour couvrir la main-d’œuvre. Ce dernier n’a toutefois pas tenu compte des heures perdues pour arriver à ce chiffre, lesquelles reviennent à 750 $ et doivent être ajoutés au coût de la main-d’œuvre.

10 000 $
– 4 000 $
– 4 750 $
– coûts indirects
– erreurs/inefficacités/retards imprévus
= bénéfice net

Coûts indirects

Les coûts indirects représentent toutes les dépenses d’entreprise qui ne sont pas directement liées aux travaux ou aux services d’aménagement paysager, comme les frais administratifs, le loyer, les services publics, les assurances, etc. Ils comprennent également les salaires de tous les employés de bureau, comme les représentants des ventes. Vous n’incluez peut-être pas ces coûts dans le calcul du bénéfice net d’un projet, car vous pensez qu’ils ne sont pas liés, mais, en réalité, le bénéfice de l’entrepreneur et les coûts indirects vont de pair. Ce sont les coûts indirects qui assurent le fonctionnement de votre entreprise. En les omettant du calcul du taux de rentabilité de vos projets, vous finirez par les payer de votre propre poche. En fin de compte, vous réaliserez un bénéfice net moindre à la fin de l’année.

 Calcul : Il existe de nombreuses façons de calculer les coûts indirects, mais la nôtre est l’une des plus simples. Si le budget annuel de Jean pour les coûts indirects s’élève à 100 000 $, il doit diviser ce montant par le nombre de jours ouvrables dans l’année. Comme Jean vit sous un climat plus chaud où ses équipes peuvent travailler cinq jours par semaine, 52 semaines par année, il peut estimer à 260 le nombre de jours ouvrables. S’il divise son budget par le nombre de jours de travail, les coûts indirects par jour totalisent 385 $. Puisque Jean a trois équipes, il peut diviser cette somme par trois pour déterminer le total des coûts indirects par équipe, par jour, soit d’environ 128 $.

Comme l’équipe de Jean a mis cinq jours pour terminer le projet, les coûts indirects s’y rattachant s’élèvent à 640 $.

10 000 $
– 4 000 $
– 4 750 $
– 640 $
– erreurs/inefficacités/retards imprévus
= bénéfice net

Erreurs, inefficacités et retards imprévus

 Bien que nous souhaitions que chaque projet se déroule exactement comme prévu, il faut parfois faire face à des problèmes qui surviennent à l’improviste. Les coûts indirects doivent être payés même les jours qui ne rapportent pas, par exemple, lorsque des conditions météorologiques défavorables entraînent des retards sur un projet. Si, un après-midi, votre équipe est obligée d’interrompre son travail en raison de fortes pluies après une demi-journée d’ouvrage seulement, vous devrez quand même leur payer les heures perdues, notamment pour leur déplacement, sans avoir avancé le projet autant que prévu. Si vous n’avez pas suffisamment de matériaux sous la main, vous devrez envoyer un employé cueillir ce qu’il manque alors que celui-ci est censé travailler sur place. De la même façon, si un client change d’avis en cours de route ou qu’un employé se fait porter malade, ou encore que l’équipement tombe en panne, c’est vous qui payez.

Calcul : Additionnez les factures des matériaux, les coûts indirects et les sommes supplémentaires payées aux employés en raison d’imprévus survenus en cours de route.

Conseil : Après vous être exercé à calculer ce facteur de l’équation pour plusieurs projets, vous serez en mesure d’inclure une estimation générale tenant compte de cet élément sur toutes les soumissions de projets à venir.

Conseil supplémentaire : Ayez toujours des matériaux supplémentaires sous la main pour éviter d’avoir à envoyer un employé acheter le nécessaire.

Lors de la transformation de la cour arrière, l’équipe de Jean a installé une fontaine d’eau défectueuse, chose que le client n’a remarquée qu’une semaine plus tard, et ce, après que Jean ait déjà fait le calcul du bénéfice net du projet. En tout, ce dernier a dû débourser 800 $ de plus en matériaux, en coûts indirects et en main-d’œuvre pour remédier au problème.

10 000 $
– 4 000 $
– 4 750 $
– 640 $
– 800 $
= bénéfice net

Bénéfice net

Après avoir recalculé correctement son bénéfice net, il s’avère que Jean n’a pas réalisé le bénéfice net de 20 % qu’il avait calculé au départ. En fait, il n’a fait aucun profit et a même subi une perte de 190 $ (ou de -1,9 %) dans le cadre de ce projet.

10 000 $
– 4 000 $
– 4 750 $
– 640 $
– 800 $
= (190) $

Nous espérons que cela vous a été utile et que vous êtes maintenant en mesure d’appliquer tout ce que vous avez appris à votre prochain projet d’aménagement paysager. Savoir comment calculer correctement le bénéfice net est chose essentielle pour toute entreprise, et le simple fait d’utiliser notre équation vous aidera à assurer le bon fonctionnement de votre entreprise lorsqu’il s’agira de calculer le coût réel de vos projets.

Assurez-vous de lire la deuxième partie de cette série de blogues dans laquelle nous vous montrerons comment Jean pourrait augmenter sa rentabilité pour que son entreprise ne soit plus jamais déficitaire.

Inscrivez-vous à notre infolettre

Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir un contenu mensuel sur les tendances de l'industrie, les soins des plantes, les trucs et astuces d'affaires et plus encore.

Pin It on Pinterest