Comment rendre vos projets en paysagement profitables

Comment rendre vos projets en paysagement profitables

Avez-vous déjà terminé un projet, et au lieu d’être satisfait d’un travail bien fait, vous êtes simplement submergé par un sentiment d’incertitude? Comme si vous n’étiez même pas certain si le projet était réellement rentable pour votre entreprise? Nous connaissons bien ce sentiment. Nous reconnaissons et applaudissons le travail acharné de tous les membres de notre industrie, et, parce que personne ne mérite de se sentir perdu en ce qui concerne leurs finances, nous vous voulons vous donner quelques mesures faciles pouvant être immédiatement mises en œuvre pour vous guider sur le chemin de la rentabilité.

1. Planifiez à l’avance

Avez-vous déjà entendu l’expression ‘‘le temps c’est de l’argent’’? Ceci est vrai dans de nombreuses industries et tout autant en aménagement paysager. Une façon de gagner du temps, et donc de l’argent, est de bien analyser votre site de travail avant de commencer le projet. Que voulons-nous dire par là? Mesurer vos portes d’entrées dans un jardin, par exemple, peut vous aider à choisir la taille de vos machines. Un autre exemple serait de savoir que vous devez niveler un peu du terrain. En sachant ceci à l’avance, vous pouvez commander de la terre supplémentaire dès le départ au lieu d’avoir à vous débrouiller à mi-chemin.

2. N’oubliez pas vos matériaux “gaspillés”

Ce sont deux mots mal aimés dans notre métier: matériaux gaspillés. Regardons les choses en face: nos projets sont rarement aussi efficaces que nous l’espérerions. L’une des erreurs les plus courantes que nous faisons est de ne pas prendre en compte les matériaux supplémentaires que vous n’utiliserez pas. Nous parlons de choses comme le fait de devoir couper des pierres pour accommoder  les bordures d’entrées/d’allées sinueuses. C’est un gaspillage incontrôlable, mais il faut en tenir compte. Nous vous suggérons de calculer un supplément de 15-20% dans votre budget. Par contre, parfois, c’est un gaspillage contrôlable qui peut être évité en prenant simplement le temps de mesurer vos travaux à l’avance.

3. Incluez les frais généraux dans votre planification

Vos frais généraux sont les dépenses permanentes nécessaires à l’exploitation de votre entreprise – des choses comme l’assurance responsabilité de votre entreprise et les coûts de location de votre entrepôt. Ce sont des coûts qui sont difficiles à calculer directement dans chacun de vos projets, mais qui doivent être pris en compte. Alors, comment calculer correctement les frais généraux dans chacun des projets afin d’avoir un budget précis? La meilleure façon  et de les calculer sur une base de temps. Il suffit d’additionner tous les coûts mensuels qui ne sont pas directement associés à un projet, y compris une réceptionniste, un loyer ou des frais de bureau. Maintenant, prenez cette dépense mensuelle et divisez-la par le nombre de jours travaillés dans le mois pour déterminer vos frais généraux par jour. Avec ce nombre, vous pouvez attribuer une valeur à chaque projet: si une équipe passe cinq jours sur un projet, vous pouvez multiplier vos frais généraux par jour par cinq pour obtenir le total des frais généraux pour ce projet en question.

4. Vérifiez la météo 

Ne gardez pas ce truc pour un jour de pluie! Les retards à cause de la météo ne sont jamais agréables – mais ils arrivent. Lorsque vous avez établi votre budget, vous l’avez probablement fait en supposant que chaque journée de travail serait une journée de travail complète et ininterrompue… Avez-vous entendu ce bruit? C’était Dame Nature qui se moquait de vous! Même si votre équipe est constituée de guerriers qui travaillent dans toutes les conditions, au cours d’un été, il y aura des moments où c’est tout simplement impossible. Prenez en compte un à deux jours de pluie par semaine, selon l’endroit où vous vivez. Et n’oubliez pas de tenir compte de quelques autres facteurs: le travail sera un peu plus lent dans les conditions boueuses, et les coûts de transport sont plus élevés lorsque les équipes prennent des pauses de pluie à l’entrepôt.